ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
La Fondation Antinea tire la sonnette d’alarme : La préservation des richesses des océans est l’affaire de tous
De la guerre à la paix, il n’y a qu’un pas. C’est celui qu’a franchi « fleur de passion », un navire à vocation pacifique et scientifique battant pavillon suisse qui a jeté l’ancre à la marina de Bouregreg depuis dimanche dernier. Toute une symbolique pour un changement positif qui a fait d’une machine de guerre un ambassadeur des océans. Une restauration qui a duré plus de cinq ans. Ce voilier  fait en même temps l’apologie des énergies renouvelables. Le projet « The changing oceans expedition » mené par la Fondation Antinea basée à Genève tend avant tout à réaliser un double objectif. Il s’agit tout d’abord d’une mission océanique mondiale. Le but scientifique de l’expédition est l’étude des écosystèmes sous-marins à travers une évaluation de l’état des lieux fragiles et des aires marines. Il est question également de sensibiliser le grand public, notamment les plus jeunes, ainsi que les décideurs politiques et économiques à une meilleure connaissance scientifique de l’impact des activités humaines sur les fonds marins. C’est dans ce cadre que s’inscrit la conférence de presse organisée par les responsables de l’expédition ce lundi à Rabat.
« Il faut maintenir les océans en bonne santé afin que l’humanité puisse bénéficier le plus longtemps possible de leurs richesses », a expliqué David French, directeur général de la Fondation Antinea. C’est ce qui l’a amené avec un groupe de scientifiques à lancer en 2010 leur  projet pilote dans la région d’Al Hoceima. L’occasion de faire l’étude du parc national d’Al Hoceima qui figure parmi les sites les 

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc