ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
Décès de notre confrère Abdelali Boukhalef : Un journaliste au long cours
Il est mort avec la naissance de la nouvelle semaine. En fin d’après-midi à Meknès, le mal inguérissable qui taraudait depuis plusieurs mois notre confrère Abdelali Boukhalef a fini par le terrasser. Avec lui, c’est une partie de la mémoire collective du journalisme marocain d’expression française qui s’est estompée à jamais. Avec son sourire en coin et son regard perçant, il symbolisait  pour tous ceux qui ont eu l’heur de le côtoyer, la souffrance que beaucoup de professionnels de haute facture endurent au sein de certaines entreprises de presse qui privilégient l’apport de la publicité au contenu éditorial et l’enrichissement de leur top management et des affidés de leur encadrement moyen aux soutiers de l’histoire que nous sommes.
Affable et disert, il endurait sans broncher, sacrifiant sa vie privée sur l’autel d’une chimère créée aux seules fins de diffuser un discours lénifiant et insipide qui ne servait à rien d’autre qu’à enrober les insertions publicitaires et à dévaloriser le vrai combat que tout journaliste se doit de mener au service de ces incontournables idéaux que ne peuvent porter que les militants des partis et organisations modernistes et progressistes. A l’instar de beaucoup de professionnels, il  croyait faire son devoir de chien de garde de la démocratie, alors qu’il ne gardait en fin de compte que des intérêts mercantiles d’une nomenklatura adossée ou appartenant à la technostructure de l’Etat.
Il a fini par le payer de sa vie puisqu’à l’origine de son mal, beaucoup de confrères mettent à l’index un simple

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc