ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
19 Mai 2007
Mise à jour le 19 Mai 2007, 18:01
PDF
Imprimer
Envoyer
 
L'ONU s'est donnée pour mission "d'identifier et documenter" les pratiques de "surveillance et de filtrage" d'Internet, et d'en informer l'opinion publique.
Selon l'ONI, le chiffre de 25 pays pratiquant la censure sur Internet est probablement plus important. Mais les chercheurs des universités d'Oxford, Cambridge (Grande-Bretagne), Harvard (Etats-Unis) et Toronto (Canada) expliquent n'avoir eu le temps et les moyens que pour l'étude de 40 pays, en plus des territoires palestiniens.
D'après leurs travaux, ce sont la Chine, l'Iran, Myanmar (Birmanie), la Syrie, la Tunisie et le Vietnam qui exercent la plus grande surveillance sur les sites politiques. L'Iran, le sultanat d'Oman, l'Arabie saoudite, le Soudan, la Tunisie, les Emirats arabes unis et le Yémen appliquent de leur côté les restrictions les plus strictes sur les sites à caractères sociaux, bloquant en particulier la pornographie, le jeu, les sites gays et lesbiens.
En Corée du Sud, la censure s'applique principalement à l'information concernant la Corée du Nord voisine. Les chercheurs disent ne pas avoir constaté de restrictions en Russie, en Israël ou dans les territoires palestiniens. Ils soulignent que leur étude, qui ne comprend pas l'Amérique du Nord, l'Europe occidentale, la Corée du Nord ou Cuba, ne doit pas être considérée comme exhaustive.
Ils ne se prononcent pas, par ailleurs, sur l'efficacité des dispositifs techniques de censure -qui peuvent tous être contournés en utilisant des logiciels ou des "routeurs" adéquats. Les "routeurs" sont des équipements établissant le lien entre un ou plusieurs ordinateurs et des serveurs sur Internet.
Agences
{sidebar id=2}

Actualité au Maroc