ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
15 Juillet 2008
Mise à jour le 15 Juillet 2008, 12:28
PDF
Imprimer
Envoyer
 

selon un communiqué de la deuxième chaîne. En réalité, l'émission passe à la trappe.

«Le talk-show est bel est bien annulé. C'est la fin de la saison et la prochaine émission qui aura lieu le 23 juillet est déjà en préparation», tranche, catégorique, une source à l'intérieur de 2M et qui requiert l'anonymat.

Que s'est-il passé ? Officiellement, c'est pour ne pas interférer avec le travail de la Commission parlementaire d'enquête. Dans les coulisses, ce serait le pacha de Sidi Ifhi, invité par Jamaâ Goulehcen, qui pose problème, mais pas seulement. L'argument est juridique, mais les véritables raisons seraient d'ordre politique.

Craignant que son rapport passe inaperçu, «la Commission a pris en otage l'émission et a fait pression avec le renfort du gouvernement pour l'annuler», se désole notre source à 2M. Le présentateur de l'émission avait invité la présidente de l'OMDH, Amina Bouayach, pour présenter le rapport de son ONG. Lequel rapport montre du doigt les exactions policières, notamment «les intrusions à domicile, le matraquage des citoyens et les atteintes à l'honneur ayant un caractère sexuel», précise Amina Bouayach.

En même temps que le courrier adressé à 2M, la Commission d'enquête a également saisi le ministère de l'Intérieur et le ministère de la Communication pour appuyer sa demande. «Khalid Naciri nous a personnellement contactés pour nous demander de différer l'émission. Mais nous avons bien compris qu 'il s'agissait d'une annulation», raconte dépitée notre source à la deuxième chaîne. «La Commission d'enquête et le gouvernement se sont inquiétés qu'une chaîne du service public invite un représentant du ministère de l'Intérieur. Bien que ce dernier se soit montré très coopératif), assure notre source. Autre raison invoquée : «La majorité gouvernementale n'a pas apprécié que les députés du PJD se soient rendus à Sidi Ifhi avant la création de la commission», poursuit notre source. Contacté à ce propos, le membre du SG du PJD, Lahcen Daoudi, a écarté qu'il y ait pression sur les deux députés PJD membres de la Commission.

Le Soir Echos

Actualité au Maroc