ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
Pour masquer son échec à l’ONU, le Polisario lâche ses sbires à Laâyoune

La victoire diplomatique marocaine au Conseil de sécurité a non seulement provoqué l’ire du Polisario qui s’est dit «dépité et déçu» par la volte-face américaine concernant l’élargissement du mandat de la MINURSO, mais elle l’a poussé à bouger ses pions dans nos provinces sahariennes pour y créer le désordre. Ainsi les forces de sécurité ont été obligées d’intervenir, dans la soirée du vendredi 26 avril 2013, pour disperser un regroupement non autorisé de certains individus qui avaient bloqué la voie publique et usé de la force pour perturber la circulation.
Un communiqué de la wilaya de Laâyoune Boujdour-Sakia El-Hamra précise, à ce propos, que lors de cette intervention, les forces de sécurité ont subi des jets de pierre de la part d’individus qui se cachaient derrière les femmes et les enfants Résultat: plusieurs blessés plus ou moins graves dans les rangs de la police.
Un autre communiqué rendu public dans la soirée du samedi a fait état de 12 blessés dans les rangs des forces de l’ordre. Des membres d’Amnesty International, présents sur place, ont déclaré avoir recensé une trentaine de blessés dont ceux des forces de l’ordre.
Par ailleurs, de nombreux provocateurs, connus pour leurs idées séparatistes, se  sont attaqués aux policiers  après avoir échoué à bloquer la circulation dans les avenues de Smara, Al-Qods et Mezouar  à Laâyoune, saisissant l’occasion des sorties des classes et de l’heure de pointe pour obliger les élèves des établissements scolaires à les suivre et à provoquer des troubles. Ce qui a amené les forces de l’ordre qui avaient observé un calme olympien, à intervenir pour maîtriser la situation.
Ces manifestations auront été orchestrées par la direction du Polisario qui, lors d’une réunion tenue après la prorogation par le Conseil de sécurité de l’ONU du mandat de  la MINURSO, sans modification de ses prérogatives, aurait promis de multiplier les accrochages avec les services de sécurité, à travers ses cellules dormantes à Laâyoune et dans les autres villes du Sahara.

Actualité au Maroc