ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
30 Décembre 2014
PDF
Imprimer
Envoyer
 
Nador dérange Mellilia

La ville de Nador constitue une vraie menace pour l’économie de Mellilia. C’est ce que laisse entendre Juan José Imbroda, président dudit préside occupé dans une récente déclaration à la presse locale espagnole. D’après lui, le Maroc est en plein essor économique et la ville voisine de Nador pourrait avec ses 300.000 habitants affecter durablement le développement économique de Mellilia si un espace commercial conséquent n’est pas créé dans cette région.
Pour faire face à cette situation, le chef de l’exécutif mellilien a annoncé qu’un projet de construction d’un centre commercial est en cours. Son objectif : rivaliser avec ceux de Nador et booster le développement du préside occupé. A ce propos, il a déclaré que ce projet dont la mise en œuvre démarrera au cours du premier trimestre de 2015, n’aura aucun impact négatif sur le commerce de détail dans la ville, étant donné d’un segment important de la population de Mellilia fait ses emplettes dans les franchises de la péninsule ibérique. «Il y a beaucoup de gens qui font leurs achats dans les centres commerciaux en dehors de Mellilia. Et ce projet va leur permettre de dépenser leur argent ici», a-t-il précisé.
Les craintes formulées par Juan José Imbroda à propos de l’essor économique de Nador sont-elles fondées? «Oui», nous a répondu Mohammed Ouhlal, secrétaire général de l’Union générale des entreprises et professions à Nador. «Le modèle économique de Melillia est condamné à court terme notamment avec la création d’un nouveau port dans cette ville, l’aménagement du site de la lagune de Marchica et la construction d’une zone industrielle qui pourront littéralement asphyxier l’économie de Mellilia», nous a-t-il confié.
Pour lui, l’économie de cette ville demeure fragile puisqu’elle est basée à 90% sur la contrebande et le commerce avec le Maroc et le sera davantage avec la création d’une zone franche dans la région. «Cette situation n’a rien de nouveau et risque de s’aggraver davantage. En effet, depuis les années 1990, le Maroc a procédé à plusieurs démantèlements douaniers qui ont porté leurs fruits. A cela s’ajoute l’ouverture opérée par le Royaume sur d’autres pays comme la Turquie, la Tunisie et les pays africains », nous a expliqué notre source qui ne semble pas s’inquiéter outre mesure du projet de construction d’un centre commercial à Mellilia.
Une évaluation que partagent plusieurs économistes qui estiment la situation intenable vu les mutations en cours dans la région. En effet, l’ouverture commerciale et l’arrivée des produits asiatiques directement sur le sol marocain ont beaucoup changé la donne. Le commerce avec le Sud-Est asiatique qui a été l’apanage de Sebta et Mellilia a été fortement touché. Certains commerçants asiatiques ont opté pour des échanges directs avec le Maroc. Un changement de position à fort impact puisque plusieurs commerçants de Sebta ont affirmé avoir perdu près de 50% de leur chiffre d’affaires.
Mais, il n’y a pas que cela, la construction du port de Tanger-Med a également impacté ce commerce puisqu’il a fait de l’ombre au port de Sebta déjà en net déclin du fait de la concurrence de celui de Gibraltar. «L’essor économique de Nador est une réalité et plusieurs commerçants marocains, même ceux installés à Mellilia, sont prêts à conforter cette réalité. Mais, tout dépendra du bon vouloir de l’Etat marocain qui doit encourager le commerce et l’industrie dans la région et booster la dynamique en cours», a conclu notre source.

Actualité au Maroc