ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
Islam : Youssef al-Qaradawi, un cheikh très cathodiqueD'origine égyptienne, Youssef al-Qaradawi, 86 ans, a été déchu de sa nationalité sous Nasser. © Karim Jaafar/AFP

En pleine campagne présidentielle et après la tuerie de Toulouse, le "télécoraniste" d'Al-Jazira, Youssef al-Qaradawi, a été déclaré persona non grata en France par Nicolas Sarkozy. Mais est-il aussi extrémiste que certains de ses propos le laissent croire ?

Premier acte, le 23 mars. Le Front national demande des explications au ministère français de l'Intérieur à propos de la présence de Youssef al-Qaradawi à la 29e Rencontre annuelle des musulmans de France, prévue du 6 au 9 avril au Bourget. Le parti d'extrême droite cite des déclarations passées du « télécoraniste ». Florilège : « L'homme peut corriger sa femme, mais en évitant de la battre trop fort ou de la frapper au visage », « Allah a toujours imposé des châtiments aux Juifs, la dernière fois par Hitler, même si les Juifs l'ont beaucoup exagéré »... Des extraits qui donnent du cheikh l'image d'un dangereux extrémiste.

Deuxième acte, le 26 mars. « J'ai indiqué à l'émir du Qatar que ce monsieur n'était pas le bienvenu sur le territoire de la République française. » Par ces termes, Nicolas Sarkozy annonce, sur France Info, sa décision de bannir Youssef al-Qaradawi et « un certain nombre de gens qui tiennent, ou qui voulaient tenir, des discours qui ne sont pas compatibles avec l'idéal républicain ». Moins d'une semaine après le drame de Toulouse et son dénouement tragique (Mohamed Merah , auteur de sept meurtres et se réclamant d'Al-Qaïda, a été abattu le 22 mars), le président français veut faire preuve d'autorité.

Lire la suite http://feedproxy.google.com/~r/Jeune_Afrique_Actualite_Maroc/~3/LaaRnjLDNRE/

Actualité au Maroc