ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
Un combattant de l'ASL,  Alep, mardi.
Un combattant de l'ASL, Alep, mardi. Crdits photo : GORAN TOMASEVIC/REUTERS

Il n'est pas ncessaire de russir pour entreprendre. Jamais avare de bons mots, le reprsentant franais l'ONU, Grard Araud, a bien rsum, en citant Guillaume d'Orange, la faon dont la France envisage l'impasse diplomatique du Conseil de scurit sur le dossier syrien. Le blocage russo-chinois empche toute avance politique. La militarisation du conflit dplace le dbat hors des Nations unies. Il n'en est que plus important, vu de Paris, de tout tenter pour ne pas laisser la situation chapper complment au Conseil.

La France, qui prside cet organe depuis le dbut du mois, prpare donc une runion des ministres des Affaires trangres, le 30aot New York, sur la situation humanitaire de plus en plus prcaire. Le secrtaire gnral de l'ONU, Ban Ki-moon, ou l'un de ses adjoints, prsentera un bilan sur le sujet. Quelque trois millions de personnes reoivent actuellement sur place l'aide du Croissant-Rouge syrien, qui est dpass par la situation. Les agences onusiennes et les ONG ne sont pas autorises intervenir sur place.

Au Conseil, le calcul de la France est simple: si l'on s'en tient de l'aide humanitaire, il n'y a pas de raison de ne pas aboutir un consensus. En outre, il devient urgent de casser la dynamique ngative qui prvaut entre les pays occidentaux et le duo Russie-Chine en rengageant le dialogue. Les diplomates de plusieurs pays occidentaux ont abord ensemble, ce lundi New York, la possibilit

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc