ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
  • Par Claire Magone, membre du Crash

Le 4 août 2006, 17 Sri-Lankais travaillant pour Action contre la faim et portant tous le tee-shirt de l’association, étaient exécutés dans l’enceinte même des locaux de l’ONG, au moment où la ville de Muttur, sous contrôle des rebelles tamouls depuis le 1er août, était reprise par les forces gouvernementales.
Comme tous les ans depuis six ans, Action contre la Faim commémorera demain l’assassinat de ses 17 employés, sur le parvis des droits de l’homme au Trocadéro. Comme tous les ans depuis six ans, ACF réclamera justice, et demandera que le plus grand massacre jamais perpétré contre les membres d’une ONG ne reste pas impuni. Comme tous les ans depuis six ans, il y a peu d’espoir que cette requête aboutisse.

Muttur_acfQuelques faits d’abord. Dès la fin du mois d’août 2006, la mission scandinave d’observation du cessez-le-feu au Sri Lanka (SLMM), par la voix du Norvégien qui la dirige, déclare que l’implication des forces de sécurité sri-lankaises dans le massacre ne fait aucun doute. D’après les informations qu’elle a collectées malgré les tentatives d’obstruction des autorités, la ville était aux mains de l’armée au matin du 4 août, et les témoignages recueillis pointent tous les forces gouvernementales. Cette accusation directe, « irresponsable et scandaleuse » aux yeux du ministre sri-lankais des Affaires étrangères, reste toutefois sans suite : le chef de la SLMM est sur le départ, et

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc