ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
Ces femmes cairotes qui s'inquiètent pour leurs droits
Imen Mohamed, 23 ans, ne craint pas l'arrive des Frres au pouvoir Crdits photo : Shawn Baldwin POUR LE FIGARO

Envoy spcial au caire

Dimanche soir, tandis qu'une foule immense clbrait place Tahrir l'lection de Mohammed Morsi, Hadil el-Sheikh a choisi de rester chez elle. Un peu due, la jeune femme n'tait gure d'humeur fter un rsultat qui, ses yeux, fragilise les droits de la femme gyptienne. Malgr leurs dclarations rassurantes, elle redoute en effet que les Frres musulmans ne s'attaquent certains acquis de l're Moubarak pour satisfaire la frange la plus conservatrice de leur lectorat.

Comme de nombreuses femmes d'gypte, notamment parmi les plus duques, cette employe de banque de 29 ans, non voile et vtue l'occidentale, a observ avec inquitude les premiers pas des islamistes au Parlement. Certains se sont distingus en proposant de rformer la khola, une disposition qui permet aux femmes de divorcer sans l'accord de leur mari, afin de protger l'institution familiale. D'autres, d'obdience salafiste, ont rclam l'abaissement de l'ge du mariage pour les filles ou la lgalisation de l'excision. Autant de ballons d'essai qui ont vite t abandonns devant la bronca des fministes et des libraux.

Il ne faut pourtant pas s'y tromper, plaide Nehad Abu el-Komsan, prsidente du Centre gyptien pour les droits de la femme. Les Frres musulmans jouent un jeu qui consiste se prsenter comme des libraux tout en poussant les salafistes avancer des projets de loi rtrogrades. Effrays par l'augmentation du nombre de divorces,

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc