ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 

INFOGRAPHIE - Des plongeurs indonésiens ont repêché jeudi six cadavres près du fuselage de l'Airbus d'Air Asia qui s'est abîmé en mer de Java le 28 décembre avec 162 personnes à bord.

Les recherches progressent autour du crash de l'Airbus d'Air Asia. Bien que le mauvais temps ait entravé depuis des semaines le travail des équipes de secours et des enquêteurs, des plongeurs indonésiens ont indiqué avoir repêché jeudi six cadavres encore attachés à leur siège près de l'épave, parmi les 162 passagers à bord de l'Airbus A320-200. Ce dernier avait disparu des écrans radar une demi-heure environ après son décollage de la ville indonésienne de Surabaya pour Singapour.

«Nos plongeurs ont découvert six corps ensevelis sous la boue, près du fuselage de l'avion», a déclaré un responsable indonésien de l'Agence de recherches et de secours, ajoutant que les passagers étaient «encore attachés à leur siège» et «qu'ils ont été éjectés du fuselage qui se trouve à 50 ou 100 mètres». Les corps ont été acheminés par avion à Pangkalan Bun, la ville la plus proche de la zone de recherches au large de l'île de Bornéo, a indiqué la même source, soulignant que les plongeurs n'étaient une nouvelle fois pas parvenu à atteindre le fuselage en raison de forts courants sous-marins et d'une visibilité réduite.

Le corps principal de l'avion a été repéré au fond de la mer la semaine dernière par un bateau de guerre après d'intenses recherches dans les eaux peu profondes de la mer de Java. Les boîtes noires - l'enregistreur de vol contenant les conversations entre les pilotes et avec le contrôle aérien (enregistreur phonique), et le second enregistreur avec les paramètres de l'avion (vitesse, altitude, régime des moteurs) - ont déjà été repêchées et sont actuellement analysées par les enquêteurs qui doivent présenter un rapport préliminaire le 28 janvier.

Mercredi, un responsable de la commission indonésienne de sécurité des transports (NTSC) avait annoncé que ce rapport préliminaire détaillant l'enquête ne serait pas rendu public. Les enquêteurs doivent le remettre à l'Organisation internationale de l'aviation civile (ICAO) trente jours après la date de l'accident.

La veille de cette annonce, le ministre indonésien des Transports, Ignasisus Jonan, avait révélé, en citant des données radar, que l'avion avait effectué une ascension trop rapide avant de décrocher et de s'abîmer en mer, alors même qu'il était confronté à de très mauvaises conditions météorologiques. Si la piste terroriste n'est pas accréditée, l'enquête sur les causes de l'accident s'orienterait donc vers une erreur humaine liée à des dommages matériels.

Air Asia : six corps de passagers encore attachés à leur siège repêchés

Actualité au Maroc