ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
21 Mai 2007
Mise à jour le 21 Mai 2007, 03:49
PDF
Imprimer
Envoyer
 
Avec une trentaine d'autres cinéastes, Roman Polanski participait à la conférence de presse qui a suivi la projection de "Chacun son cinéma", un film-hommage pour lequel chacun a composé un sketch de trois minutes, commandé par le président du Festival Gilles Jacob pour cette 60e édition.
"Moi je propose de raccourcir cette conférence", a-t-il soudain lancé en français, à quelques minutes de la fin.
{sidebar id=1} "Je crois que c'est une occasion unique, vraiment rare, d'avoir une telle assemblée de metteurs en scène importants, assis, faisant face à un public de critiques... et avoir des questions tellement pauvres !", a poursuivi Polanski, récompensé d'une Palme d'or pour "Le Pianiste" en 2002.
"Je crains vraiment que c'est l'ordinateur qui vous a abaissés à ce niveau", a-t-il ajouté, les yeux baissés et l'air las, "que vous ne vous intéressez plus à ce qui se passe au cinéma, que vous ne tapez plus parce que vous n'avez plus besoin de clavier : vous transférez une information que vous obtenez avec votre souris, sur le papier que vous allez donner à la rédaction, et c'est pour ça que vous savez si peu de nous tous".
"Alors franchement, allons bouffer !", a-t-il lancé en se levant et en quittant la conférence, dans le brouhaha provoqué par sa pique.
Agences
{sidebar id=2}

Actualité au Maroc