ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 

Se faire insulter quand on est au volant, ça peut arriver. Mais quand l'injure vient d'un radar automatique, ça surprend.

C'est pourtant ce qui est arrivé à un automobiliste en arrivant à Eaucourt-sur-Somme, près d'Abbeville (Somme), le week-end dernier, révèle ce mardi le Courrier Picard (avec la vidéo du radar en question, à voir par ici). Le quotidien cite le conducteur un peu trop rapide: «Quand je suis passé, je me suis dit: C'est pas vrai, le radar m'a insulté!» Depuis son installation le 6 avril dernier, ce radar pédagogique, en plus d'informer les automobilistes sur leur vitesse, les accueillait d'un définitif «Fuck You» accompagné d'un accusateur «Chauffard» si celle-ci était excessive.

Message réparé et «coupable» identifié

Henri Sannier, célèbre journaliste de télévision et maire d'Eaucourt-sur-Somme, a été le premier surpris d'apprendre la grossièreté du cinémomètre, raconte le Courrier Picard: «Je suis passé plusieurs fois devant le panneau, à pied, à vélo et en voiture, mais je n'ai rien remarqué. Je ne roule pas vite de toute façon.»

L'appareil, garanti non-piratable par JCB, l'entreprise locale qui l'a conçu, a depuis été remis dans le droit chemin. Il indique désormais le nombre de points perdables en cas de vitesse excessive et message plus poli: «Attention, trop vite». Quant au «coupable», il a été identifié: il s'agit d'un commercial de JCB, comme l'explique le patron de l'entreprise au Courrier Picard: «Le jour de l'inauguration, pour me montrer que la matrice texte était trop petite, il a marqué ça. Et effectivement, je n'ai pas fait attention. Mais comme il n'est pas informaticien, il l'a mal déprogrammé et c'est resté comme ça.»

Retrouvez cet article sur 20minutes.fr

Il se plante un clou de 10 cm dans le cœur et survit
Australie: Il réussit un atterrissage d'urgence avec un serpent dans le cockpit
Ecosse: Une dame âgée appelle la SPA pour un boudin anti-courants d'air
Son mari pilote s'évanouit en plein vol: Une octogénaire forcée de prendre les commandes

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc