ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
L'Andromaque serait en cause dans près de 50% des cas de fracture du pénis.

Les joies du coït… et ses déconvenues. Selon une étude parue dans la revue Advances in Urology, certaines positions sexuelles mettraient particulièrement l’homme en péril. A commencer par l’Andromaque - lorsque la femme est sur l'homme pendant le coït – qui serait la première cause de fracture du pénis. Les auteurs de l’étude ont analysé les causes de cette blessure, aussi appelée "faux pas du coït". Ils ont épluché treize années de données sur des patients pris en charge aux urgences de Campaninas, au Brésil.  

Selon leurs travaux, 50% des fractures du pénis seraient dues à la position de l’Andromaque, contre 29% pour la levrette et 21% pour le missionnaire. C’est donc lorsque la femme se place au-dessus de l’homme que le couple prend le plus de risques. Les trois quarts des accidents recensés dans l’étude ont eu lieu au cours d’ébats hétérosexuels, contre seulement quatre cas chez couples homosexuels. Six blessures sont dues à une "manipulation du pénis", et quatre à des "circonstances peu claires". Sur les 44 cas recensés, la moitié a raconté avoir entendu un "crack", avant de ressentir une souffrance intense accompagnée d’un gonflement de la verge chez certains.

Pour autant, une part considérable des patients auraient attendu jusqu’à six heures avant de solliciter une aide médicale. "La fracture du pénis est une condition clinique assez rare qui provoque souvent de la peur et de la gêne, expliquent les scientifiques. Cela peut conduire à ralentir le recours à un médecin et aboutir à des déficiences sexuelles".

Mais ne soyez pas effrayés messieurs. Cet accident resterait relativement rare. 

Retrouvez cet article sur Atlantico
Kamasutra 3D : une vidéo sensuelle affole le web
Des scientifiques ont découvert l'origine du pénis‏

Actualité au Maroc