ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
08 Mai 2007
Mise à jour le 08 Mai 2007, 11:24
PDF
Imprimer
Envoyer
 
Mais les journalistes sont aussi tués, harcelés et intimidés, a fait observer la Haut Commissaire.
"Qu'ils soient en guerre ou non, les pays les plus dangereux pour les médias ont un point commun : ils manquent pratiquement tous à l'obligation de traduire en justice les auteurs de ces attaques et de ces meurtres", a-t-elle déploré.
{sidebar id=1}L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a affirmé pour sa part, dans un communiqué publié le même jour, environ 580 journalistes dans le monde sont morts dans l'exercice de leur fonction entre janvier 1992 et août 2006.
71,4% de ceux-ci ont été assassinés, 18,4% sont morts lors d'échanges de tirs ou dans des circonstances liées à des combats et 10% au cours d'autres missions dangereuses, selon l'Unesco.
Les journalistes de la presse écrite sont les plus exposés au danger de mort, a affirmé l'Unesco, ajoutant que 85% des meurtres de journalistes au cours des 15 dernières années n'ont pas donné lieu à des enquêtes ou des poursuites judiciaires.
courriercasablanca.com-Agences
{sidebar id=2}

Actualité au Maroc