05 Décembre 2012
Imprimer
 
Face à l’indifférence des autorités locales : Les victimes du projet Hassan II haussent le ton
Les habitants du projet immobilier Hassan II sont en colère. Présumés être victimes des dysfonctionnements qui ont marqué  ce projet, ils ont organisé, lundi à Casablanca, une conférence de presse pour mettre en lumière leurs souffrances.
Cette conférence a été  également l’occasion pour eux  de présenter en détail la chronologie de ce qu’ils ont qualifié d’une  tragédie qui a commencé  en  1990, quand l’Etat, en la personne du gouverneur de la préfecture d’Aïn Sebaâ-Hay Mohammadi, les avait obligés à démolir leurs bidonvilles et aller se loger dans de très petits appartements situés dans le même projet jusqu’à l’achèvement des travaux de construction menés par la société COGEBA.
 Pourtant, la faillite de cette dernière a exposé  ces « habitants provisoires » aux différentes décisions d’expulsion qualifiées de déloyales  voire d’inéquitables. Des décisions qui les ont  entraînés  dans un labyrinthe d’où ils n’arrivent pas à sortir jusqu’à nos jours malgré les appels et les correspondances récurrents adressés aux différents responsables des départements ministériels concernés ainsi qu’aux responsables au niveau des arrondissements locaux. En effet, les victimes ont proposé leur intégration dans le projet de relogement des habitants des Carrières centrales. Une proposition qui est restée lettre morte puisqu’aucun responsable n’a  jugé bon d’y répondre.
Pire, ces mêmes responsables n’ont pas tenu leurs promesses et engagements  qui ont été pourtant l’objet d’un accord avec les habitants, ce qui a poussé ces derniers à entamer une série d’actions pour   défendre leurs droits. Pour eux, il n’est pas question de quitter leurs appartements. Ils refusent leur expulsion et

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF