19 Mai 2012
Imprimer
 
Le compagnon de lutte de Ben Barka est décédé à l’âge de 74 ans : Kénitra rend un dernier hommage à Moumen Diouri
Opposant notoire et compagnon de lutte de Ben Barka et d’autres figures de proue de la gauche marocaine, Moumen Diouri est décédé, mercredi à l’âge de 74 ans, des suites d’un cancer. Il a été inhumé, le lendemain, dans sa ville natale, Kénitra.
Condamné à mort en 1963 lors du tristement célèbre procès dit des «comploteurs UNFP», il avouera devant la Cour avoir été approché par le général Oufkir qui aurait proposé de modifier sa version des faits et d’avouer l’implication de Mehdi Ben Barka, Abderrahmane El Youssoufi et d’autres militants, en contrepartie de la fin de la torture qu’il subissait! Il n’en fit rien.
Sa condamnation à mort ayant été commuée en emprisonnement, il s’exilera, à sa sortie de prison, en France où il vivra de 1971 à 2006.
Fils d’un grand militant nationaliste signataire du Manifeste de l’Indépendance, le défunt est  considéré par ses contemporains comme l’un des derniers rebelles marocains.
Il  est également connu pour avoir été l’un des premiers militants de gauche à avoir écrit une série de livres critiques sur la situation politique du Maroc après l’Indépendance.
Parmi ses ouvrages les plus célèbres figurent «Réalités marocaines», «Chronique d’une expulsion annoncée», «A qui appartient le Maroc ?» et «Mémoire d’un peuple».
La cérémonie d’inhumation qui  a eu lieu au cimetière du quartier Al Moustaâjal s’est déroulée dans une ambiance empreinte de piété, de recueillement et d’émotion.
Amis, proches, parents, compagnons, anciens  résistants, membres de l’Armée de la libération, etc, tous ont tenu à accompagner le défunt

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF