21 Mars 2008
Mise à jour le 21 Mars 2008, 16:45
Imprimer
 
candidat à l'investiture démocrate pour la présidentielle de novembre, a confirmé jeudi soir le porte-parole du ministère.

"A ce stade, nous pensons qu'ils ont agi sous l'effet d'une imprudente curiosité", a dit Sean McCormack au cours d'une téléconférence organisée à la hâte dans la soirée.
{sidebar id=2}
Le porte-parole du département d'Etat a précisé que les trois employés avaient agi séparément. Deux d'entre eux ont été licenciés, le troisième a écopé d'une sanction disciplinaire.

Les faits ont été commis le 9 janvier, le 21 février et le 14 mars.

L'entourage du sénateur de l'Illinois a dénoncé "une atteinte scandaleuse à la sécurité et à la vie privée, même pour une administration qui n'a fait montre que de peu de respect dans ces deux domaines au cours des huit années écoulées".

"Nous voulons savoir qui a consulté les données du passeport du sénateur Obama, dans quel but et pourquoi il a fallu si longtemps avant que cette atteinte à la sécurité ne soit révélée", a ajouté un porte-parole d'Obama.

En 1992, pendant la première campagne victorieuse de Bill Clinton, une affaire du même type avait éclaté. Elle avait coïncidé avec des attaques républicaines sur l'attitude du candidat démocrate pendant la guerre du Viêtnam.

"Nous procédons à des vérifications pour déterminer avec certitude quelles informations figuraient dans les dossiers qui ont été consultés", a dit à la presse la sous-secrétaire d'Etat Pat Kennedy.

Théoriquement, les formulaires de demande de passeport sont incorporés dans ces dossiers, ce qui signifie que les trois employés ont pu consulter le numéro de sécurité sociale mais aussi l'adresse et le numéro de téléphone privés d'Obama.
choc.

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF