17 Avril 2012
Imprimer
 
Hamza Bekkali victime de la violence et de la Santé publique
Hamza Bekkali, un jeune à la fleur de l’âge, vient de trouver la mort dans la barbarie du Complexe Mohammed V samedi dernier. Une autre victime de ce hooliganisme fou, insensé et absurde. Hamza est mort de ses blessures. Une pierre perdue ou un coup de matraque ? Qu’importe. Les parents de Hamza pointent du doigt la police qui n’a pas su protéger leur fils comme d’autres personnes qui sont venues pour le football. Ils accusent aussi les services médicaux de l’hôpital Averroès qui n’auraient pas assumé leurs responsabilités pour secourir le jeune Hamza venu de Meknès assister à la rencontre entre le WAC et l’ASFAR. On aurait demandé aux parents de payer la prestation médicale préalablement. Une autre aberration plus grave que celle qui s’est passée au stade. C’est doublement grave. C’est tout simplement une non-assistance à personne en danger. Pour Hamza, c’est un danger de mort qui le guettait. Et devant cette indifférence de la part des services médicaux, Hamza était obligé de regagner la gare à pied pour prendre le train vers Meknès dans un état qui nécessitait des soins intensifs, un examen cérébral par scanner et une mise en observation médicale. Ce qui n’a pas été fait, selon les parents de Hamza Bekkali. Arrivé à la gare  de Sidi Kacem, le jeune Hamza allait s’évanouir et devait être transporté à l’hôpital provincial où il allait rendre l’âme.  Maintenant que le jeune Hamza, que Dieu ait son âme, n’est plus de ce monde, cette indifférence et ce

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF