30 Avril 2013
Imprimer
 
L'excédent de la vente doit être reversé au budget de l'État. Les grands crus seront remplacés, dans la cave présidentielle, par des vins plus modestes.

Des bouteilles de Pétrus 1990 estimées à 2 200 euros pièce, mais aussi des crus plus modestes à partir de 15 euros : le palais de l'Élysée vendra une partie de sa cave aux enchères les 30 et 31 mai prochains à l'hôtel Drouot (9e arrondissement de Paris). Quelque 1 200 bouteilles seront proposées à la vente, soit un dixième de la cave présidentielle française, précise Drouot dans un communiqué. La sélection préparée par Virginie Routis, chef sommelière du palais de l'Élysée, est dominée par le Bordelais et la Bourgogne, mais comprend aussi des vins de Loire, d'Alsace, du Sud-Ouest ou de la vallée du Rhône. "Tous ces vins furent servis à la table du président de la République et ont, pour certains, accompagné de grands moments de l'histoire de la Ve République", souligne Drouot.

Créée en 1947, sous la présidence de Vincent Auriol, et réaménagée en 1995 pour améliorer la conservation des vins, la cave présidentielle s'est enrichie au fil des décennies. Ces enchères doivent permettre son renouvellement. En ces temps de crise, l'Élysée assure prévoir de réinvestir le produit de cette vente dans des vins plus modestes et "l'excédent sera reversé au budget de l'État".

Retrouvez cet article sur LePoint.frL'Elysée vend une partie de sa cave aux enchères
Auvergne : le prix du plus bel étron est attribué à...
Paris : arrêté pour avoir espionné les toilettes des femmes
Paris : elles appellent plus de 1 000 fois les pompiers en un an et demi
Recevez la newsletter Le Point.fr

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF