18 Avril 2012
Imprimer
 

Les fantômes sont considérés avec beaucoup de sérieux par les Anglo-Saxons. Nombreux sont ceux qui croient en leur existence, et affirmer le contraire autour d'une bière au pub peut être considéré comme un sacrilège.

Ces êtres de l'au-delà squattent des maisons anciennes ou récentes qui partagent le point commun d'avoir été le théâtre d'une histoire macabre. Ces demeures sont parfois proposées à la vente et, bizarrement, leur cote n'en souffre pas toujours.

La maison dans laquelle l'actrice Sharon Tate a été assassinée en 1969 par les membres de la Famille du gourou Charles Manson a ainsi été vendue 1 600 000 dollars en 1988. Son dernier propriétaire connu, avant que la maison soit détruite et son adresse modifié, est Trent Reznor du groupe Nine Inch Nails. Moins célèbre, mais tout aussi gore : la Kreischer Mansion. Construite en 1885 par un industriel qui a tiré un coup de feu en visant la tête de sa femme, la maison serait occupée par des esprits et tout de même évaluée à 3 millions de dollars. Le problème est que ce type de bien s'adresse à une niche. Certaines des bicoques récemment répertoriées par le site thedailybeast.com ne sont d'ailleurs pas encore estimées.

Si dans certains cas le passé sanglant d'une maison peut carrément faire grimper sa valeur (la villa de Gianni Versace a par exemple été rachetée 19 millions de dollars et transformée en club privé), cela n'est évidemment pas la norme. Toujours aux USA, en Oklahoma précisément, la loi exige qu'une demande écrite soit formulée entre le vendeur et l'acheteur. Cette dernière doit expliquer clairement si la maison vendue est hantée ou pas. Les maisons hantées par fantômes constituent également un business pour ceux qui prétendant pouvoir les désensorceler. HouseHealing.com, dirigée par l'inspecteur et chasseur d'esprits David Franklin Farkas, illustre parfaitement la chose. Très présent dans les médias, il surfe justement sur le...

Retrouvez cet article sur fluctuat.net

RoboGames : les jeux olympiques des robots
Tuer ou ne pas tuer ses personnages : le dilemme du scénariste
Le générique des Simpson revu par Bill Plympton
Cycle-skating, l'ancêtre du roller blade
D'où vient l'odeur des vieux livres ?

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF