26 Septembre 2007
Mise à jour le 26 Septembre 2007, 10:36
Imprimer
 
Accusé par Paris d’inaction face à la flambée de l’euro, le président de la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet a réaffirmé dimanche ne pas avoir de pouvoir en la matière et conseillé à la France de mieux gérer ses finances publiques «en très grandes difficultés».
{sidebar id=1}
Alors qu’Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, a qualifié dimanche le niveau de l’euro d’absurdité, Trichet a contre-attaqué en épinglant les finances publiques hexagonales. Trichet a réagi sur les propos tenus par le Premier ministre François Fillon, qui a déclaré être «à la tête d’un Etat qui est en situation de faillite sur le plan financier». Le président de l’institut monétaire européen a estimé qu’avec des dépenses publiques qui devraient atteindre en 2007 53,2% de son produit intérieur brut (PIB), la France serait le pays «le plus dépensier» de l’Europe à 27. Il a cité en exemple l’Allemagne, où les «coûts unitaires de production ont augmenté beaucoup moins qu’en France», et où «la compétitivité-coût de l’industrie s’est fortement améliorée». Alors que le gouvernement français a repoussé à 2012 le double objectif d’une dette ramenée à 60% du PIB et d’un retour à l’équilibre de ses finances publiques, retardant la date initiale de 2010 promise par le gouvernement Villepin, Trichet a estimé que la France avait «pris des engagements» et qu’elle devait les tenir. Interrogé sur le niveau de l’euro, qui a dépassé la semaine dernière pour la première fois le seuil de 1,41 dollar, Trichet a jugé qu’«aucune personne responsable» ne répondrait à cette question, puisque «depuis 35 ans nous sommes dans un système de changes flottants où les monnaies montent et descendent».
De son côté, François Fillon persiste et signe: le Premier ministre français a affirmé, lundi 24 septembre, que la situation des finances publiques était critique et plus supportable, sans toutefois reprendre le terme polémique de faillite. «On a 1.150 milliards d’euros de déficit (dette publique cumulée) à la fin de 2006. C’est une situation qui n’est plus supportable», a-t-il déclaré. Par ailleurs, Fillon avait déclaré en Corse «être à la tête d’un Etat qui est en situation de faillite», avant d’atténuer ses propos en précisant qu’il s’agissait d’une image. «Nous sommes devant l’échec d’un système», a-t-il dit, «ce qui compte ce sont les réalités, et la réalité, c’est que notre pays doit changer radicalement d’état d’esprit s’agissant de son regard sur les finances publiques». En outre, le chef du gouvernement a répondu à l’opposition et à son prédécesseur Dominique de Villepin, qui l’accusent d’avoir encore creusé la dette en privant l’Etat de 15 milliards de recettes avec le paquet fiscal.
Il a contesté le chiffre, évaluant l’effet du paquet fiscal à «9 milliards de recettes fiscales en moins» pour l’Etat. Pour sa part, le ministre de l’Economie, Christine Lagarde, avait chiffré le coût de ces mesures à 11 milliards par an.
{sidebar id=2}
Source : Economiste

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF