23 Septembre 2013
Imprimer
 
En vogue, le tourisme local tire la locomotive économique en août
Après un mois de ramadan plutôt morose, "l'activité touristique a battu son plein pendant la deuxième moitié de saison, avec un taux d'occupation qui a avoisiné les 90 pc dans certains établissements et lieux d'estivage", a déclaré à la MAP le directeur général de la Fédération Nationale du Tourisme (FNT), Mohamed Said Tahiri.

Même son de cloche chez le président de l'Association Régionale des Agences de Voyages de Rabat et région (AVR), Karim Belliro, qui s'est félicité d'une "excellente" performance touristique en août et d'un grand engouement pour les destinations du nord avec un taux d'occupation avoisinant les 100 pc.

"En août, il y a un engouement certain des touristes nationaux pour les grandes destinations, notamment les stations balnéaires du nord du Royaume et les villes touristiques ( ) Je dirai même que cette performance exceptionnelle a sauvé la saison estivale", a-t-il affirmé.

Le chef de la fédération des professionnels du tourisme a préféré, quant à lui, tempérer la performance du tourisme national. Cette prudence, serait justifiée, selon lui, par la cassure provoquée par le mois du jeûne, qui a divisé la saison en deux périodes, caractérisées par un mois de Ramadan "difficile", avec des taux d'occupation situés entre 35 et 40 pc, suivi d'une période de "rush".

Il n'en demeure pas moins que le tourisme national commence à s'affirmer en tant que locomotive du développement économique. A ce niveau, MM. Said Tahiri et Belliro émettent sur la même longueur d'ondes: "le marché intérieur est en plein développement".

"Au cours des dernières années, le tourisme intérieur a continué sur une courbe ascendante passant de 22 pc des parts du marché en 2010 à 26 pc à fin 2012", a relevé le chef de la FNT.

Selon lui, "le secteur du tourisme intérieur présente un énorme potentiel qui permettra d'atteindre un taux de 40 pc des parts de marchés en 2015".

Abondant dans ce sens, M.Belliro a expliqué le trend haussier par le changement des tendances d'estivage et l'émergence, au cours des cinq dernières années, d'"une classe moyenne de plus en plus attirée par le voyage".

En effet, a expliqué le chef de l'AVA, la classe moyenne marocaine préfère de plus en plus avoir recours aux services des agences de voyage pour ses besoins de vacances au lieu d'aller chez des membres de la famille.

Une tendance, qui justifie l'engouement des Marocains pour les produits destinés aux vacanciers nationaux comme "Kounouz Biladi", un programme qui propose depuis plus de dix ans un panel de destinations à prix abordables.

Du côté du Ministère de tutelle, la croissance du tourisme national serait le résultat d'une coopération plus poussée entre opérateurs privés/public et surtout du programme Biladi qui a contribué à la création de nouvelles stations balnéaires, hissant ainsi la demande nationale.

Pour continuer sur cette lancée, le ministère envisage d'ailleurs la mise en oeuvre d'une batterie de mesures susceptibles d'encourager et de hisser l'activité du secteur.

"En plus de l'opération Biladi, lancée en partenariat avec les professionnels du Tourisme, nous travaillons sur un plan d'action avec une approche plus globale, dans le but de pérenniser les offres touristiques sur toute l'année, et de nous doter ainsi d'une véritable offre visible et audible auprès du marché national", avait affirmé récemment le ministre du tourisme, Lahcen Haddad.

Il avait aussi relevé l'impératif de consolider la stratégie du tourisme interne "par un effort global combinant stratégie de distribution, de communication et d'accompagnement avec la création d'un réseau de distribution de l'offre Biladi adapté aux Marocains, sur l'ensemble du territoire".

M. Haddad avait plaidé, dans ce sens, pour "une réorganisation de calendrier de vacances par Régions pour la mise en place d'une nouvelle répartition des vacances scolaires selon trois zones, ainsi que l'instauration de chèques vacances qui vont permettre aux nationaux de bénéficier d'un budget dédié aux vacances".

Un tel engagement reflète sans équivoque l'importance du tourisme dit local, un secteur qui constitue, selon l'AVA, un "bon socle économique" et un "filon" qu'il convient de promouvoir davantage.

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF