16 Mai 2012
Imprimer
 

Marrakech : 80% des ressources énergétiques du pays sont importées, entraînant une dépendance financière et géopolitique contraignante pour l’indépendance du pays.

Fouad Douiri : Le Maroc se ‘depétrolisera’ partiellement à l’horizon 2020
Ainsi constata le ministre des énergies et des mines, Fouad Douiri, en marge du MENAREC 5 se tenant hier et aujourd’hui à la cité ocre.

Le royaume à cet effet, indique le ministre, compte réduire sa dépendance aux énergies fossiles dont son sol est pour l’instant dépourvu, au profit du montage d’une carte énergétique renouvelée sur la base des énergies renouvelables.

Avec un gisement consistant en éolien estimée à l’échelle des technologies actuelles à 6000 MW, et un ensoleillement durant 11 heures par jour avec une conservation de la chaleur durant sept heures, le Maroc s’oriente à transiter énergétiquement par l’implantation d’une puissance installée à 4.000 MW, à parts égales entre éolien et solaire à l’horizon 2020.

Néanmoins, Les investissements dans ce secteur sont lourds, relève le ministre qui était interrogé par l’AFP, le marché local à lui seul peinera à permettre des amortissements des coûts d’implantations dans les normes et délais, l’option régionale, s’impose donc comme seule possibilité pour assurer une viabilité économique à ce projet.

Le ministre se tourne vers l’espace euro-méditerranéen, et surtout vers le Maghreb, indiquant que des interconnexions existent déjà avec l’Espagne et avec l’Algérie, et que cette tendance devrait s’affirmer au delà de ces deux pays, ne détournant son regard de toute la méditerranée occidentale.
   
De hauts responsables Maghrébins en présence à la conférence sur les énergies renouvelables au Moyen Orient et en Afrique du nord (MENAREC 5), ont tous abondé dans le même sens, soulignant la crucialité d’une coopération énergétique régionale au service d’une transition efficiente au renouvelable.

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF