22 Janvier 2015
Imprimer
 

INFOGRAPHIE - Dans une vidéo où il revendique le massacre de Baga, Abubakar Shekau lance: «Président du Niger, tu vas voir! Tu fais partie de ceux qui sont allés voir Hollande, le petit-fils de Charlie Hebdo.»

Le sanguinaire meneur de Boko Haram, groupe terroriste islamiste qui sévit au Nigéria, a revendiqué dans une vidéo postée mardi le raid meurtrier mené sur la ville de Baga début janvier. «Nous avons tué le peuple de Baga. Nous les avons tués comme notre Dieu nous a demandé de le faire dans son Livre», déclare Abubakar Shekau dans cette vidéo de 35 minutes postée sur Youtube. Lors de la première semaine de janvier le groupe terroriste avait commis l'attaque la plus sanglante de ses six années d'existence, attaquant et pillant 16 villages dans le nord-est du Nigéria. Le bilan, impossible à définir pour le moment, oscille entre 150 et 2000 victimes selon les sources. Les journalistes et les ONG sont quasiment absents de cette guerre qui se joue à huis clos, où les seuls témoignages sont ceux des rescapés, qui restituent par bribes l'horreur des combats. Les insurgés de ce qui est souvent qualifié à tort de secte sèment la terreur dans toute la région, n'hésitant pas à utiliser des femmes et des enfants dans des attentats suicides sur des marchés bondés, qui font régulièrement de nombreuses victimes.

Après avoir vanté ces exploits sanglants, Abubakar Shekau s'en est pris directement aux présidents des pays voisins du Nigéria, le Niger, le Tchad et le Cameroun. «Les rois d'Afrique, je vous défie de m'attaquer maintenant. Je suis prêt». Ces trois États étaient réunis à Niamey, capitale du Niger, en compagnie de dix autres gouvernements africains pour discuter de la mise en place d'une force régionale de lutte contre Boko Haram.

Le chef de Boko Haram menace les États voisins du Nigéria

Il s'adresse directement au tchadien Idriss Déby Itno, qui a engagé son armée la semaine dernière au Cameroun contre les islamistes, mais aussi au président camerounais Paul Biya qu'il accuse d'avoir «peur» et de «demander de l'aide» face à la multiplication des attaques de Boko Haram dans le nord de son pays proche des bastions islamistes au Nigéria.

«Président du Niger,tu vas voir! Tu fais partie de ceux qui sont allés voir Hollande, le petit-fils de Charlie Hebdo»

À l'adresse de Mahamadou Issoufou, il lance: «Président du Niger, tu vas voir! Tu fais partie de ceux qui sont allés voir Hollande, le petit-fils de Charlie Hebdo.» Le président du Niger faisait en effet partie des chefs d'État venus montrer leur solidarité à Paris lors de la marche républicaine du 11 janvier. Le week-end dernier, le Niger a connu des émeutes très violentes faisant suite à la publication d'une nouvelle caricature de Mahomet en une de Charlie Hebdo. Des manifestations qui ont fait 10 morts et où une vingtaine d'églises ont été incendiées, ainsi que l'institut culturel français de Zinder.

Originaire du Niger, Abubakar Shekau, connu pour ses vidéos glaçantes où il revendique ses attentats monstrueux en éclatant d'un rire de dément, s'est proclamé chef de Boko Haram en 2010, après que le fondateur du mouvement, Mohamed Yusuf, a été tué dans un assaut de l'armée nigériane qui fit plus de 1000 morts dans les rangs insurgés. Sous son influence, ce qui était auparavant considéré comme une secte se mue en groupe islamiste insurrectionnel, semant la mort au Nigéria, et ayant pour ambition de former un État islamique dans cette région d'Afrique.

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF