29 Décembre 2014
Imprimer
 

Dix personnes ont péri dans l’incendie d’un ferry au large de l’Albanie, a annoncé lundi la marine italienne après la découverte de deux nouveaux corps.

Quelque 478 personnes se trouvaient à bord de l’embarcation. Deux ministres italiens mettent nénamoins en garde sur le nombre de passagers. La liste d’embarquement du Norman Atlantic fait état de 478 personnes, 56 membres d’équipage et 422 passagers.  Le commandant du ferry a pour sa part quitté son navire après l’évacuation totale de ses 478 passagers et membres d’équipage, a annoncé la marine italienne.

Par ailleurs, neuf des dix Français présents à bord du ferry Norman Atlantic «ont été localisés et pris en charge», a annoncé lundi soir Matignon, précisant que Manuel Valls «remercie les autorités italiennes, grecques et albanaises pour leur mobilisation». «Manuel Valls adresse, au nom du gouvernement, ses pensées aux familles et aux proches des victimes de ce drame», indique Matignon dans un communiqué.

«Au terme d’une opération de près de deux jours, dans des conditions particulièrement difficiles, neuf des dix Français présents à bord ont été localisés et pris en charge», selon Matignon. «Un dispositif d’accueil a été mis en place à Corfou, Patras et Igoumenitsa par l’ambassade de France en Grèce. Une équipe consulaire a également été positionnée à Bari, en Italie», toujours selon le communiqué qui ne donne aucune précision sur le dixième Français.

Le parquet de Bari (sud-est de l’Italie) avait auparavant annoncé l’ouverture d’une enquête criminelle après l’incendie du ferry Norman Atlantic. L’enquête devrait permettre d’établir les causes de cet incendie qui s’est déclenché dimanche matin sur les ponts inférieurs du navire où se trouvaient les véhicules, dont plusieurs camions citerne transportant de l’huile.

Les premiers rescapés sont arrivés dans la nuit de dimanche à lundi à Brindisi, dans le sud-est de l’Italie, à environ 40 milles (environ 75 km) de la position estimée du ferry en mer Adriatique. La marine militaire italienne, qui coordonne les secours, et les autorités maritimes grecques avaient assuré des rotations pour venir au secours des passagers pris au piège du navire en flammes.

Carte de situation du ferry Norman Atlantic

Récemment inspecté

La première victime recensée, un passager grec, a trouvé la mort en glissant ou en se réfugiant en bas d’une rampe d’amarrage. Son corps a été récupéré, et son épouse a été hélitreuillée vers Brindisi, comme plusieurs personnes souffrant essentiellement de déshydratation et d’hypothermie. Le feu s’est déclaré sur le ferry dimanche à l’aube dans l’emplacement réservé aux véhicules, par une mer démontée et des vents violents, alors que le bateau assurait la liaison entre Patras, dans le sud-ouest de la Grèce, et Ancône, dans l’est de l’Italie.

Des passagers de 26 nationalités, dont beaucoup de Turcs et d’Italiens, se trouvaient à bord du Norman Atlantic. Le ferry, construit en 2009, battant pavillon italien et affrété par la compagnie grecque Anek, avait récemment été inspecté. Selon l’armateur italien, un problème avait été détecté sur l’une des portes pare-feu, située sur le pont numéro 5, précisément à l’endroit où l’incendie se serait déclenché, a indiqué le groupe Visenti, cité par l’agence de presse italienne Ansa.

Interrogé par la station de radio Europe 1, l’un des dix Français, Jean-Philippe Demarc, a dit avoir «peur, très peur», et froid. Il a raconté avoir entendu «des grands coups», puis avoir vu «de la fumée partout». «Tout le monde se suivait à la queue-leu-leu et on s’est tous retrouvés sur les ponts extérieurs».

AFP

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF