04 Juillet 2013
Imprimer
 
L'Inde approuve un vaste programme d'aide alimentaire malgré son coût

Le gouvernement indien a approuvé un vaste programme d’aide alimentaire destiné aux plus pauvres en jugeant qu’il allait permettre un grand bond dans la lutte contre la malnutrition.

Les analystes s’inquiètent néanmoins du coût et de la mise en œuvre d’une telle mesure, la plus importante au monde en terme de bénéficiaires.

Le gouvernement a publié mercredi soir un décret introduisant la «Loi sur la sécurité alimentaire nationale», qui devrait être ratifié jeudi par le président Pranab Mukherjee. Ce texte, un an avant les élections générales, est au cœur de la stratégie électorale du parti du Congrès, à la tête de la coalition gouvernementale.

Cette mesure est destinée à fournir des céréales subventionnées à près de 70% de la population, soit 810 millions d’habitants. La loi prévoit de fournir 5 kg de céréales par mois et par personne au prix d’une roupie le kilo. Elle devrait alourdir la facture des subventions de 3,8 milliards de dollars par an pour la porter à près de 20 milliards, selon les autorités.

Le programme a été fortement soutenu par Sonia Gandhi, la présidente du parti du Congrès, qui a insisté pour honorer cette promesse électorale de 2009, en dépit des inquiétudes sur les finances publiques et les prix alimentaires.

L’Inde est appelée aux urnes au premier semestre 2014 et le gouvernement du Premier ministre, Manmohan Singh, est en position délicate après des scandales de corruption et dans un contexte de chute de la croissance.

«Cela va être un grand pas en avant en terme d’éradication de la pauvreté, a assuré à l’AFP un leader du parti du Congrès, Tom Vadukkan. Si l’on ne parvient pas à répondre aux besoins de base comme la faim, on ne peut parler de développement économique.»

Les prix des denrées alimentaires en Inde ont flambé ces sept dernières années, aggravant les difficultés d’un pays qui lutte toujours pour nourrir correctement sa population de 1,2 milliard d’habitants en dépit de son solide essor économique depuis une vingtaine d’années.

Une étude publiée l’an dernier, dont les résultats ont été qualifiés par le Premier ministre de «motif de honte nationale», estimait que 42% des enfants de moins de cinq ans étaient sous-alimentés et que 58% d’entre eux présentaient un retard de croissance lié à la malnutrition.

Le texte aurait dû être approuvé au parlement en février mais il n’a jamais été examiné en raison des protestations de l’opposition liées aux affaires de corruption.

Les partis d’opposition ont attaqué le gouvernement pour son recours au décret, déplorant le manque de débats concernant l’impact sur les prix et les paysans, qui vont devoir produire plus. Il s’agit toutefois d’un décret temporaire qui doit être présenté au parlement cet été pour être transformé en loi.

Les critiques estiment aussi que l’Inde ne peut pas se permettre de dépenser des millions de subventions au moment où elle enregistre son plus faible taux de croissance en dix ans. En 2012-13, le produit intérieur brut (PIB) n’a progressé que de 5%.

«La situation macroéconomique actuelle de l’Inde ne lui offre pas la possibilité de mettre en place cette politique», a asséné Sonal Varma, économiste chez Nomura Securities.

Selon Siddhartha Sanyal, économiste en chef au sein de Barclays Capital, la mise en oeuvre de ce plan risque d’être confronté à un «énorme problème logistique, avec une coordination nécessaire de la part de chaque Etat» du pays.

Les habitants vivant sous le seuil de pauvreté ont aujourd’hui droit à des produits subventionnés, pour le gaz de cuisson, la farine, les fertilisants ou encore le kérosène, via le plus vaste système de distribution publique au monde.

Actualité au Maroc

 
Joomla SEO powered by JoomSEF