ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 

Les constats de ses auteurs sont préoccupants. LES paroles s’envolent, mais l’écrit reste. Et ce qui est écrit dans le livre blanc qui analyse la situation sécuritaire en France et dans le monde, inquiète à plus d’un titre. Surtout quand on lit le chapitre réservé au Maghreb.

Préfacé par le président français Nicolas Sarkozy, le livre en question place la région maghrébine parmi les « quatre zones critiques » qui constituent « l’arc de crise ». Cet arc s’étend, selon le même ouvrage, de l’atlantique à l’océan indien. « Dans cette partie du monde, au voisinage de l’Europe, au cœur d’intérêts stratégiques pour la sécurité mondiale, des évolutions essentielles modifient les données de la sécurité de la France et de l’Europe », constatent les auteurs du livre.

Particulièrement pour le Maghreb, les facteurs répertoriés comme étant les plus préoccupants sont notamment : les déséquilibres sociaux, les insuffisances des systèmes d’éducation, la dégradation environnementale, l’urbanisation non maîtrisée, l’augmentation de l’émigration clandestine, les blocages politiques qui nourrissent l’extrémisme. S’y ajoute l’implantation de la mouvance d’Al-Qaida en Algérie qui fait noircir davantage les perspectives d’avenir telles qu’elles sont entrevues par les auteurs du livre blanc français. D’où ces prévisions encore plus noires pour la région : les scénarios fondés sur la poursuite des tendances négatives actuelles conduiraient en 2025 à des situations de tension et d’instabilité préoccupantes pour l’Europe et la France. Certes les risques de conflits interétatiques de haute intensité ont été qualifiés de limités, n’empêche qu’une vigilance internationale a été recommandée.

Par ailleurs, le risque de déstabilisation découlant des facteurs internes (successions politiques, mouvements sociaux, chômage, terrorisme, etc.) a été décrit comme étant réel. « D’ici quinze ans, et au-delà, seul le développement économique, politique et social peut prémunir la région contre de tels risques », peut-on lire dans le livre blanc.

Pour éviter le pire, des solutions sont proposées. L’une d’elles et sans doute l’essentielle, préconise une démarche politique globale des Européens. Du reste, pour assurer le développement, encourager l’intégration régionale et rapprocher les économies maghrébines des économies européennes, il a été conseillé à l’Europe de diriger ses actions vers les domaines de l’éducation, de l’ouverture économique et bien sûr vers la coopération en matière d’immigration et de sécurité. Ce que ne dit pas le livre blanc français, c’est que les pays maghrébins doivent aussi s’inquiéter, ensemble, pour leur propre avenir et travailler en conséquence, avec sérieux et pragmatisme. Autrement, il est pour le moins trop risqué de laisser se former le tsunami prévu par différents prévisionnistes, sans agir. Quand le tsunami annoncé arrivera, ce sera trop tard pour réagir.

Le reporter. 

Actualité au Maroc