ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
L'amande, un nouvel or blanc pour la Californie tiré par l'appétit de l'Asie
Au cours des 5 dernières années, nos exportations ont crû d'environ 12% par an et elles ont plus que doublé en dix ans. Mais elles ont augmenté de plus de 40% sur 5 ans en Chine, constate John Talbott, spécialiste des marchés émergents au Board, joint par l'AFP à Modesto, Californie.

Pour lui, c'est principalement la consommation de snacks, des encas à grignoter entre les repas, qui tire cette spectaculaire croissance, suivie par celles de barres chocolatées.

La poignée d'amandes, c'est le snack parfait, c'est sain. Comme les Occidentaux, les classes moyennes chinoises ou indiennes commencent à se préoccuper de leur santé, de leur diabète... Le Board ne se prive d'ailleurs pas de campagnes agressives sur le sujet.

En Inde, assure-t-il, la demande a augmenté de 15% en 2012 et de 20% en 5 ans. En Corée, elle a grimpé de 29% l'an dernier.

La Chine, poursuit John Talbott, s'est d'ailleurs lancée dans la production. Pour le moment le résultat n'est pas probant: C'est une culture très fragile, ils n'ont pas le bon climat remarque-t-il.

De toutes façons, juge un bon connaisseur de l'amande sous couvert d'anonymat, même en s'y mettant vraiment, il faut compter 5 ans pour la première récolte et 10 à 15 ans pour une qualité acceptable sur le marché.

En attendant, la Californie augmente ses surfaces de 15.000 acres (6.000 ha environ) d'une année sur l'autre, profitant des prix tirés à la hausse par la demande. Elles compte actuellement 800.000 acres d'amandiers (324.000 ha).

Pour Talbott, seule l'augmentation des prix tirée par la demande pourrait calmer les consommateurs. Mais le Board estime déjà que d'ici 2021, en misant sur l'urbanisation et le développement, 83% de la population chinoise, 55% des Indiens, 46% au Bengladesh ou 64% au Vietnam et 39% au Nigeria pourront offrir de nouveaux débouchés.

C'est sûr que si j'étais agriculteur dans la bonne région, je me mettrais moi aussi à planter des amandiers, confie Philippe Ranson.

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc