ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 

Yaoundé : Le marché camerounais attire de plus en plus d’investisseurs marocains, en témoigne les investissements en croissance de ceux-ci dans le secteur bancaire, l’immobilier et tout récemment la transformation du cacao.

Cameroun : Du ciment et du chocolat pour les investisseurs marocains
Le président Paul Biya a accordé une audience cette semaine au palais de l’unité, à Anas Sefriouiprésident directeur général du groupe Addoha, l’entrevue a duré plus d‘une heure à l’issue de laquelle, l’homme d’affaire marocain a annoncé pour le 19 mai prochain, la pose de la première pierre de l’implantation à Bonabéri, d’une cimenterie, d’une capacité d’un demi million de tonnes, opérationnelle dans six à huit mois.

Sefrioui a indiqué que cette structure industrielle fera office de ravitailleur de matières de construction pour l’accomplissement d’un vaste projet immobilier que son groupe s’apprête à réaliser au Cameroun.

La production de l’usine de Bonabéri, écoulant en quantité du ciment sur le marché, contribuera à la baisse du prix de cette matière dans le pays, laquelle baisse, se répercutera sur le prix des logements au profit des petites bourses, a motivé Anas Sefrioui, indiquant que son usine créera un millier de postes d’emploi.

Ailleurs, la compagnie chérifienne de chocolaterie, via sa succursale camerounaise, Cameroon Investment Company, a dit lancer en juin 2012 à Douala, une usine de chocolat, profitant de la disponibilité au Cameroun, en bon marché, du cacao, l’une des matières premières les plus en quantité dans le pays.

Cette offensive survient suite à celle conduite par Atijariwafa bank prenant acquisition de la Société camerounaise de banque (SCB ) et promettant par la voie de son PDG, Mohamed El Kettani, reçu un mois auparavant également au palais présidentiel, d’impacter à la hausse, le taux de bancarisation au Cameroun, et surtout assurer un lit financier aux différents investisseurs marocains, engagé sur des projets d’infrastructures, eau et logements sociaux compris.

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc