ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
«Taragalte» ou quand le désert fête la musique africaine
En plein désert, entre les dunes dorées, fut érigée une scène artistique. Mhamid El Ghizlane en a l’habitude. Il s’agit déjà de la 4ème édition du Festival Taragalte, le carrefour des musiciens et troupes africaines. Une véritable ambiance animée par des troupes venues du Mali, de Mauritanie, de France et de plusieurs régions du Maroc. L’échange était fructueux, la synergie amicale et le partage sans limites. Mais le public de Mhamid attendait davantage cette jeune chanteuse marocaine, hissée cette année au rang de «marraine du Festival Taragalte». A la faveur d’une animation d’une certaine Latefa Ahrrare, la star de cette 4ème édition est montée sur scène. Vêtue d’un costume du désert, un blanc et un mauve froid, sur une couleur naturellement brune et avec le même style habituel d’Oum au niveau de la chevelure, la montée sur scène fut spectaculaire. La voix douce, mais forte de la chanteuse s’est vite habituée aux airs du désert. Emporté, le public s’est mis à danser, les gandourah bleues et blanches donnaient de la couleur à cette fête musicale. Une grande liesse et un sentiment de dépaysement total. Rien à voir avec les autres festivals où les places réservées donnent une idée sur le statut social. Ici, tous les invités sont égaux. Le désert sert aussi à cela : réduire les inégalités.   La musique du désert a été au rendez-vous également avec le programme dédié aux femmes du désert, avec une participation  féminine le deuxième jour du festival. Ainsi et outre les groupes locaux

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc