ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
Le Festival gnaoua s’offre un temps de réflexion et d’échanges : Les cultures en liberté à Essaouira
D’éminentes personnalités du monde de la politique, des arts et des lettres ainsi que de nombreux représentants de la société civile ont pris part au forum qui s’est tenu, vendredi 22 et samedi 23, à Essaouira.
 Organisée en marge du quinzième Festival gnaoua et musiques du monde (du 21 au 24 juin), à la salle La Caravelle de l’hôtel Atlas, la tenue de « ce forum tombe à point nommé, parce qu’il met en exergue l’une des vocations majeures du Festival et, sans prétentions, pallie l’absence de débat qui caractérise aujourd’hui notre espace culturel national », a souligné Mme Neila Tazi, directrice et productrice du Festival, à l’ouverture de cette rencontre dédiée à la réflexion et aux échanges. 
Intervenant à cette occasion,  André Azoulay a d’entrée de jeu expliqué que  «la culture dont on parle (ici) n’est pas celle des émotions (...) C’est ce vecteur exceptionnel qui trouve sa légitimité, répond à la nécessité à laquelle les idéologies n’ont pas su répondre. (Avant d’ajouter que) la culture va là où les idéologies ont échoué ». 
Poursuivant son propos, le conseiller de SM le Roi a estimé que « le Festival gnaoua est le témoin le plus vrai, le plus emblématique et le plus riche argument qu’on puisse faire référencer quand on aborde des  thématiques comme celle d’aujourd’hui ».
 Livrant sa vision de la culture,  le président fondateur de l’Association Essaouira-Mogador a estimé que «la culture est le dernier espace que nous n’avons pas gâché» et que chacun, à des niveaux

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc