ouS'nscrire
FERMER
CLOSE
 
Abdellah Yaacoubi en compagnie d’Anatoly Karpov.
Abdellah Yaacoubi en compagnie d’Anatoly Karpov.
Depuis que
l’ex-champion du monde des jeux d’échecs, le Russe Anatoly Karpov,
est tombé amoureux
de certaines toiles
de l’artiste marocain Abdellah Yaacoubi, il n’a cessé
de l’inviter à exposer dans l’une des plus prestigieuses galeries de Moscou, celle de la Douma, dont il est membre.
Ce qui était virtuel s’est transformé
en réalité, avec
l’organisation
prochaine d’une exposition.
Dans cet entretien accordé à Libé,
l’artiste explique cette opportunité exceptionnelle.

Libé : Comment est-elle venue l’occasion d’accrocher vos toiles sur les cimaises de la Douma?

Abdellah Yaacoubi : Le hasard a voulu que le champion international d’échecs, Anatoly Karpov, qui est député à la Douma, et en même temps président fondateur de l’Association internationale des fondations pour la paix, ait pu voir une petite collection de toiles qu’il a d’ailleurs appréciées. Ceci a créé un certain enthousiasme grâce à une télépathie entre nous. Il s’est proposé de se charger des modalités d’organisation d’une exposition au sein de cette prestigieuse institution.

Quel apport a cette exposition par rapport à votre carrière d’artiste plasticien?

Abstraction faite de sa portée et sa valeur ajoutée artistique aussi importante soit-elle ainsi que tout apport purement matériel, je reste un artiste d’une fibre militante et patriotique. Cela permettra avant tout de marquer la présence du Maroc dans une institution qui ouvre difficilement ses portes aux étrangers. Que tout Marocain, quand il est à l’étranger, devienne ambassadeur de son pays là où il se trouve est chose normale, surtout s’il prend conscience et

Lire la suite (Source) >>

Actualité au Maroc